Air Liquide – Seppic : Les dirigeants condamnés pour harcèlements, manquement à l’obligation de sécurité et licenciements abusifs


Alors que les travailleurs de la société SEPPIC (groupe Air Liquide) sont en lutte contre la politique sociale, pour leurs salaires et leurs conditions de travail depuis le 04 février, les dirigeants de cette même filiale viennent d’être condamnés le 24 mars 2021 par la cour d’appel de Paris pour harcèlements, manquement à l’obligation de sécurité et licenciement abusif dans l’affaire les opposant aux 3 salariés défendus et soutenus par la CGT.

Dès 2017, la CGT a lancé une alerte pour danger grave et imminent en CHSCT (La direction s’était alors empressée de contester et de licencier les 3 salariés en souffrance)

Déterminée la CGT saisie l’inspection du travail qui exige une analyse sans délai des risques psychosociaux dans l’entreprise.

Jusqu’au terme de la procédure, la CGT est restée en soutien des travailleurs sans jamais admettre l’hypothèse de l’échec ni même céder aux tentatives d’intimidation de la direction !

L’histoire lui a donné raison !

La justice vient de condamner les dirigeants de la société SEPPIC à payer aux salariés les sommes suivantes :

—  59 933,08 euros à titre de dommages et intérêts sur le fondement de l’article L 1235-3-1 du code du travail. (licenciements abusifs)

—  20 000 euros à titre de dommages et intérêts pour harcèlement moral et sexuel.

—  9 000 euros à titre de dommages et intérêts pour manquement à son obligation de sécurité sur le fondement de l’article L 4121-1 du code du travail .

—  11 574,49 euros bruts à titre d’indemnité compensatrice de préavis et de rappels de salaires ainsi que les congés payés afférents

—  5 000 euros sur le fondement de l’article 700 du code de procédure civile.

—  Annulation de la sanction disciplinaire (avertissement) conformément à l’article L1333-2 du code du travail.

Et CONDAMNE la société SEPPIC aux dépens.

Cette nouvelle condamnation des dirigeants du groupe Air Liquide, faisant suite à celle de 2015 pour discrimination syndicale n’est que la triste démonstration des dérives managériales aujourd’hui à l’œuvre dans le groupe et soutenues par une politique sociale délétère et néfaste, pour toujours plus de profits au détriment des travailleurs.

Nous sommes bien loin des belles communications du groupe Air Liquide en matière de responsabilité sociétale et cela en dit long sur ce qui est aujourd’hui le quotidien de milliers de salariés à travers le groupe Air Liquide.

Devant autant de situations actuelles et à venir, la CGT sera toujours aux côtés des travailleurs pour gagner de nouveaux droits et exiger la réparation de l’ensemble des préjudices.

Contact presse : Bureau du syndicat