1er mai 2021 : Ensemble, déterminés et offensifs !


Le syndicat CGT groupe Air Liquide de la région parisienne appelle à un 1er mai offensif et à un plan de lutte sur la durée !

Le 1er-Mai est une journée qui unit internationalement les travailleurs et travailleuses avec leurs organisations syndicales. Le progrès des droits sociaux et des garanties collectives est conditionné à ce que tous les peuples puissent vivre en paix et disposent des libertés individuelles et collectives indispensables à leur développement. C’est une date, d’autres vont suivre !

Pour les travailleurs de l’Air Liquide le combat se poursuit et doit tous nous mobiliser dans l’indignation !

Les travailleurs de l’Air Liquide (toutes filiales confondues) seront cette année et une fois encore, les victimes et les exploités de la politique financière et anti-sociale décidée par le conseil d’administration et le patronat pour le plus grand profit des actionnaires. Alors que nous souffrons de la crise sanitaire, de la privation de nos libertés, pour nos proches parfois atteints par la maladie, l’action Air Liquide monte en flèche au gré de la spéculation et les dividendes pleuvent par milliard au détriment des conditions de travail, des salaires, des déroulements de carrières et des emplois.

La déclaration à la presse du PDG Benoit Potier annonçant une grande confiance dans la capacité du groupe à accroitre ses marges fait la démonstration que tous les travailleurs devront subir un énième tour de vis sur les salaires, les conditions de travail, sur leurs droits et conquêtes sociales. Jamais le recul social annoncé par les accords collectifs signés par les seules organisations syndicales d’accompagnement n’a été aussi visible ! Le futur accord temps de travail chez Air Liquide France Industrie annonce ce qui va suivre pour l’ensemble des filiales : Un retour avant les 35h sans aucune contrepartie !

L’urgence est la mobilisation à l’image de celle engagée par nos camarades aux côtés des travailleurs de la SEPPIC depuis le mois de Février, pour les salaires, les conditions de travail et la défense des droits !

Grève des travailleurs de SEPPIC : https://syndical.fr/soutien-aux-travailleurs-airliquide-en-greve/

Condamnation du patronat de SEPPIC : https://syndical.fr/air-liquide-seppic-les-dirigeants-condamnes-pour-harcelements-manquement-a-lobligation-de-securite-et-licenciements-abusifs/

Depuis plus d’une année, la pandémie liée à la Covid bouleverse la vie, le travail, les libertés individuelles et collectives des populations sur tous les continents.

En France, le 1er-Mai, journée internationale des travailleurs et travailleuses va, une nouvelle fois, se dérouler dans un contexte de crise sanitaire.

La persistance de la circulation des virus est rendue plus alarmante par l’insuffisance des moyens de notre système de santé publique, moyens matériels et humains particulièrement dans les services de réanimation mais aussi dans les établissements hospitaliers, médicaux sociaux ou encore dans les déserts médicaux.

Ce constat indéniable de difficultés d’accès aux soins trouve ses causes dans des choix budgétaires visant à faire toujours plus d’économies.

Cette crise sanitaire se double d’une crise économique et sociale très grave malgré les dispositifs mis en œuvre et malgré la solidité de notre système de protection sociale.

Pourtant, l’emploi et les salaires sont affectés et pourraient l’être durablement. L’incertitude quant au redémarrage de l’activité de nombreux secteurs, à l’arrêt ou au ralenti depuis des mois, et aux conséquences à plus long terme, gagne.

De trop nombreux plans sociaux, de restructurations injustifiées, de délocalisations d’activités avec leur cortège de suppressions d’emploi sont en cours. Beaucoup d’entreprises ont pourtant bénéficié d’aides publiques importantes sans aucune contrepartie.

La précarité et la pauvreté gagnent du terrain en particulier chez les jeunes et les salariés fragilisés par des contrats à durée déterminée. De plus en plus, émerge le sentiment d’une génération sacrifiée.

La réforme de l’assurance chômage, rejetée par toutes les organisations syndicales et qui n’a d’autre but que de faire de nouvelles économies, est poursuivie.

Elle pourrait pénaliser plus 1,7 millions de demandeurs d’emploi, parmi eux les plus précaires et particulièrement les plus jeunes.

Nos organisations CGT, FO, FSU et Solidaires appellent toutes les travailleuses et travailleurs à se saisir du 1er-Mai, partout en France, pour en faire une journée de mobilisation et de manifestation, pour s’engager avec détermination pour l’emploi, les salaires, les services publics, la protection sociale, les libertés et la paix dans le monde.