Déclaration des Élus CGT Air Liquide France Industrie d’Ile de France – Centre – Bourgogne 

Les salariés en grève soutenus par les délégués du personnel CGT sont d’accord avec la direction sur un point : Ce conflit est une épreuve pour tous !

Le 15 Mai, les Élus CGT ont remis à la Direction un cahier de revendications approuvés par 75% des salariés.

Le 28 Mai, les engagements pris entre la CGT et la Direction ont été respectés et une délégation du Syndicat CGT dûment mandatée s’est présentée sur le site de Mitry-Mory en vue d’entamer les négociations. Elle a été refusée par la Direction.

Après 13 jours de mobilisation, nous réaffirmons que la direction locale de Mitry-Mory n’est pas en mesure d’assurer ces négociations à portée nationale. Il est inconcevable que l’avenir social des salariés soit pris en otage dans un jeu de passe plat entre la Direction locale et la Direction Générale.

Aujourd’hui, plus de quatre jours après avoir réitéré notre volonté de continuer les négociations au niveau national avec la Direction Générale, les délégués du personnel restent sans réponse favorable. Pourquoi ?

En imposant sa communication et ses décisions depuis maintenant plus de quinze jours par l’intermédiaire de ses représentants locaux, les délégués du personnel comme l’ensemble des salariés en grève estiment que la direction générale porte dorénavant l’entière responsabilité des risques qu’elle fait encourir aux salariés comme aux clients.

– Le déroulement de carrière d’une majorité de salariés du site Air Liquide de Mitry-Mory est volontairement limité. La formation professionnelle qualifiante est substituée par de la formation aléatoire au poste de travail. La Direction du groupe Air Liquide n’a tenu aucun compte de sa condamnation en 2017 pour discrimination salariale. L’analyse faite par la CGT démontre encore aujourd’hui d’importantes dérives au niveau des classifications et du développement des qualifications.

– La valeur du point à 8,30 € que fait valoir Air Liquide pour le calcul des salaires minimum conventionnels n’est pas juste. Ce calcul arbitraire de la Direction intègre l’allocation de fin d’année, versée aux salariés de manière fractionnée en Juin et Décembre, sans prendre en compte la prime d’ancienneté. Le salaire conventionnel est donc versé au dessous des minima 10 mois sur 12 !

Rejoins par la CFDT sur cette revendication, via un courrier adressé à la Direction le 25 mai, nous revendiquons une valeur du point calculée au mois le mois comme le prévoit la convention collective des industries chimiques et ce, via une réelle négociation.

Les salariés grévistes soutenus par la CGT demandent de poursuivre les négociations avec les dirigeants du groupe Air Liquide.

Paris, Le 4 juin 2018.

Pour soutenir les salariés en grève, une caisse de solidarité est mise en place à l’adresse suivante : Solidarité avec les Air Liquide

Contact presse