Quelques semaines après l’annonce de la cession de la filiale Schulke & Mayr, l’annonce de la cession de CryoPDP était présentée au Comité d’entreprise européen qui aura lieu fin mars comme étant… confidentielle…

Chez Air Liquide, la confidentialité imposée aux représentants du personnel n’a pour seule limite la primeur de l’annonce que le groupe réserve à ses alliés de la presse car c’est ainsi que les salariés du groupe apprennent qu’Air Liquide est entré en négociations exclusives avec la société de capital-investissement française « Hivest Capital Partners », pour céder sa filiale CryoPDP de transport de produits médicaux sous température dirigée.

Selon la direction générale «Cette décision correspond à la stratégie d’Air Liquide de révision régulière de son portefeuille d’actifs afin de se concentrer sur les activités ou territoires clefs du groupe et ainsi maximiser ses performances», explique un communiqué. Le montant de la transaction n’a pas été précisé.

Pour les 250 salariés concernés à travers le monde, c’est la douche froide doublée d’une injonction paradoxale puisqu’il y-a seulement 4 ans, un communiqué du groupe Air liquide ventait la belle opportunité d’investir dans le développement de cette activité !

air_liquide_annonce_lacquisition_dun_specialiste_du_transport_sous_temperature_dirigee_pour_lindustrie_pharmaceutique

La CGT apporte tout son soutien à l’ensemble des salariés de CRYOPDP et s’engage à agir en défense de leurs intérêts face à la règle d’or du profit maximum qui les contraints, comme tous les salariés du groupe, à devoir accepter un partage toujours plus inégale des richesses créées par le travail.

Si la bourgeoisie est la classe dirigeante, c’est parce qu’elle dirige le travail et il est plus qu’urgent d’en finir avec ce monopole permanent qui pèse sur notre avenir et nos vies.

En pleine lutte contre la destruction de notre protection sociale et en vue de la prochaine assemblée générale des actionnaires, nous appelons tous les salariés à s’engager et à se mobiliser pour mettre un terme à ces politiques anti-sociales menées par les dirigeants du groupe Air Liquide pour qui les salariés sont une nouvelle fois la variable d’ajustement.