Un accident de plus (de trop ?)

Pointage des salariés par un intérimaire victime d'un accident du travail

Deux incendies à une semaine d’intervalles à Frais-Marais, l’Éjection à très haute pression d’un robinet au Blanc-Mesnil, Un salarié faisant un malaise suite à une exposition gaz toxique a Villeneuve-sur-Yonne, une explosion à Denain ayant fait deux blessés, auxquels s’ajoute une net recrudescence des accidents de travail et tout cela au sein d’Air Liquide France Industrie en moins d’un an.

Un salarié temporaire a été victime d’un accident de travail le Vendredi 11 Juin sur le site Air Liquide de Denain. Des accidents de plus en plus graves se multiplient de manière alarmante depuis le début de l’année. Ce sont les conséquences d’outils de travail vieillissants, non entretenus par manque d’investissement et d’une gestion du personnel calamiteuse qui sanctionnerait ou dissimulerait les accidents de travail.

Signe du désintérêt total de l’employeur Air Liquide pour la formation qualifiante des travailleurs, ce salarié temporaire aura été mis en production sans même recevoir préalablement l’Accueil Sécurité,  pourtant obligatoire !!! 

La gestion de la sécurité des travailleurs par les travailleurs (ex CHS-CT) remise en cause par la loi « Travail » et les accords de bonne entente entre Direction et Organisations Syndicales collaboratrices donnent aujourd’hui leurs résultats :

Les Commission Sécurité des CSE, simples chambres d’enregistrement aux périmètre démesurés regroupés de manière absurdes, sont aujourd’hui débordés par des accidents quasiment hebdomadaires tout en ne se réunissant… qu’une fois par trimestre.

Les accidents du travail, seraient transformés en accident de trajet, voir seraient dissimulés. Les salariés victimes se voient remis au travail sans consultation, ni avis médical de la Médecine du Travail et sans informations des Représentants du Personnel.

Le lundi suivant son accident, le salarié temporaire de Denain sera affecté à une mission de contrôle des temps de production de salarié Air Liquide en CDI (cf. photo). 

Nous exigeons que cette politique sociale agressive envers les salariés victime d’accident cesse immédiatement et que la Direction de l’Air Liquide assument enfin ses responsabilités en matière de protection des travailleurs, de formation professionnelle qualifiante et d’investissement en direction de l’outil de travail.