Les dirigeants du groupe Air Liquide seraient-ils pris au piège de leurs propres contradictions ? C’est ce que sont venus dénoncer les salariés mobilisés contre le projet de licenciement de leur collègue, reconnu travailleur handicapé, avec le total soutien du Syndicat CGT Air Liquide de la région parisienne.

Le 28 mars, les Élus du Comité social et économique d’Air Liquide France Industrie Île de France – Nord, sont informés du projet de la Direction de rompre le contrat de travail de leur collègue, pour « refus de reclassement à la suite d’une inaptitude d’origine professionnelle »

Alors que le salarié concerné a toujours fait preuve de bonne foi et de volonté pour parvenir à une solution, les conclusions du responsable des ressources humaines en charge du dossier font apparaître que malgré toutes tentatives, le salarié a refusé l’ensemble des postes qui lui sont proposés… Rappelons simplement que ces postes sont situés à 400 km du lieu de travail et de vie actuels et que la décision était à prendre le jour pour le lendemain…

En regard des engagements du groupe Air Liquide en matière de handicap, il y-a de quoi s’interroger sur ce qui est à l’œuvre. D’autant que la communication à destination du grand public et des investisseurs sur la mission que le groupe se donne, indique clairement que tout est fait pour s’assurer que les salariés confrontés à la survenance d’un handicap puissent poursuivre, dans les meilleures conditions possibles, leur vie professionnelle et leur développement de carrière. Pour cela, l’entreprise s’engage à proposer des aménagements techniques, organisationnels ou managériaux et accompagne les demandes de reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé. (source site internet Air Liquide : http://www.airliquide.com/fr/media/nos-differences-font-notre-performance-mission-handicap)

De fait, face aux arguments de la Direction et contrairement aux conclusions sans doutes hâtives du responsable des ressources humaines, les Élus CGT maintiennent qu’un reclassement est possible sur le lieu de travail actuel, moyennant un aménagement du poste de travail. Par ailleurs, l’avis de la médecine du travail irait également en ce sens.

Prise dans ses contradictions, la Direction a finalement annoncé qu’elle souhaitait reporter la procédure d’un mois, le temps de refaire le point sur la situation… Rendez-vous donc le 28 avril… D’ici là, la CGT assure qu’elle restera extrêmement vigilante, d’autant que ce n’est pas la première fois que de telles procédures à l’encontre des salariés reconnus handicapés sont à l’ordre du jour.

En 2018, le groupe Air Liquide à dégagé un chiffre d’affaires de 21 milliards 11 millions d’euros, en hausse comparable de + 6,1 %

Lors de l’Assemblée Générale des actionnaires du 7 mai 2019, le versement d’un dividende de 2,65 euros par action ainsi qu’une distribution d’actions gratuites de 1 pour 10 seront proposés aux actionnaires au titre de l’exercice 2018. Le montant distribué est estimé à 1 milliard 165 millions d’euros soit un taux de distribution de 55 % du résultat net publié.

Ces beaux résultats sont uniquement le reflet de la richesse créée par les seuls travailleurs et paradoxalement, les simulacres de négociation sur les salaires, l’emploi et les conditions de travail annoncent une distribution de la richesse toujours plus inégale entre les facteurs capital et travail. Les salariés sont année après année condamnés à se partager les miettes, lorsqu’il ne s’agit pas de perdre tout simplement leurs emplois au profit des logiques de marché.

Il devient urgent de sortir de cette spirale qui a pour seule conséquence la destruction de l’humain et des qualifications au profit d’une rentabilité des capitaux à court terme. 

La CGT mettra tout en œuvre pour agir en ce sens, au plus près des salariés, en défense de leurs intérêts.