Les États membres, les travailleurs et les employeurs s’accordent sur la nécessité de reconnaître la COVID-19 comme une maladie professionnelle

0
359

Les États membres et les partenaires sociaux siégeant au comité consultatif de l’Union Européenne pour la sécurité et la santé sur le lieu du travail (CCSS) sont parvenus, le 18 mai, à un accord sur la nécessité de reconnaître la Covid-19 comme maladie professionnelle dans les secteurs des soins de santé, des services sociaux et de l’assistance à domicile, ainsi que dans un contexte de pandémie, dans les secteurs où se sont intensifiées des activités entraînant un risque avéré d’infection. « Sur la base de cet accord, a annoncé Nicolas Schmit, commissaire européen à l’emploi et aux droits sociaux, la Commission actualisera sa recommandation du 19 septembre 2003 sur les maladies professionnelles afin de favoriser la reconnaissance de la Covid-19 en tant que maladie professionnelle par tous les États membres. » Cette reconnaissance permettra aux salariés des secteurs concernés qui ont contracté cette maladie sur leur lieu de travail – notamment des Covid long – d’acquérir des droits spécifiques selon les règles nationales, tel que le droit à une indemnisation plus favorable que s’il s’agissait d’une maladie sans lien avec le travail. Même si de nombreux pays ont déjà franchi le pas, cette recommandation doit conduire à une meilleure harmonisation. La fédération syndicale européenne EPSU a salué cette décision pour laquelle des affiliés ont milités.

Les__tats_membres__les_travailleurs_et_les_employeurs_s_accordent_sur_la_n_cessit__de_reconna_tre_la_COVID-19_comme_une_maladie_professionnelle