SALAIRE OU RÉMUNÉRATION ALÉATOIRE ?
La CGT reste fondamentalement opposée à ce type de rémunération aléatoire,inéquitable, injuste.

A l’inverse du salaire, les modes de rémunération aléatoires s’inscrivent dans la logique du capital. Toutes les primes, mêmes soumises à cotisations, sont par nature aléatoires. Dans la majorité des cas, elles expriment la volonté d’associer les salariés à des objectifs de productivité, de rentabilité que se sont fixés les patrons.

Avec intéressement, participation, abondement : Intégrer les salariés aux résultats et à la performance de l’entreprise est devenu le mode de management privilégié des directions d’entreprises. Des critères de « progrès » sont intégrés dans les accords d’intéressement : Absentéisme, sécurité, qualité, objectifs de rentabilité etc., autant de critères qui tendent à culpabiliser les salariés notamment concernant leur comportement.

Cette conception est donc animée d’une volonté de changer la nature des relations sociales dans l’entreprise, ce n’est plus le collectif de travail et ses garanties qui priment, mais l’individualisme poussé à l’extrême jusqu’à l’auto-exploitation. Notre syndicat mène la bataille idéologique avec l’objectif d’éradiquer ces formes de rémunération qui sont concurrentes du salaire.

Nous sommes convaincu que le seul moyen d’améliorer notre pouvoir d’achat et d’avoir un juste partage des richesses crées passe par une augmentation du SALAIRE.

2-1-Les-rémunérations-aléatoires