« L’accord collectif majoritaire portant sur le projet de licenciement collectif pour motif économique, signé entre la société Air Liquide France Industrie et les organisations syndicales représentatives CFDT et CFE-CGC est validé »

C’est par cette conclusion que les Élus CGT au CSE Ile de France Nord ont appris la décision de la DIREECTE, validant le plan de licenciement de 70 salariés au sein de la plus importante filiale du groupe Air Liquide.

Alors que l’entreprise remonte 110 millions d’euros en dividendes et 150 millions d’euros au titre des redevances à la maison mère Air Liquide SA, au détriment des investissements en direction de l’emploi, de l’outil de production, de la sécurité, des salaires, de la formation qualifiante ;

Alors que l’Air Liquide SA reverse 1 milliard 100 millions aux actionnaires ; Comment justifier la raison économique d’un tel plan de licenciement ?

Comment des salariés, membres d’organisations syndicales (CFDT et CFE-CGC – NDLR), majoritaires au Comité Social et Économique Central censés représenter et défendre les intérêts des salariés et leurs droits au maintien dans l’emploi, peuvent-ils entrer en « négociation » à huis clos, dans l’esprit de participer à la destruction de l’emploi et de cautionner le licenciement de leur collègues pour motif économique fondé uniquement sur l’accroissement des marges, dans le cadre du programme de la Direction générale baptisé « GYM »

La CGT reste convaincue que d’autres choix sont possibles et que les projets de licenciement des salariés doivent être combattus par des propositions alternatives qui, en regard des excellents résultats publiés par le groupe Air Liquide sont à mettre en œuvre en priorité.

Dès lors, la CGT appelle l’ensemble des salariés d’Air Liquide à la plus grande vigilance lors des élections professionnelles. Il est inadmissible que la confiance des salariés soit à ce point bafouée par des pseudos syndicalistes qui ne représentent qu’eux mêmes au détriment de l’intérêt général et des véritables valeurs qui fondent l’engagement en défense des droits des travailleurs.

DIRRECTE_ALFI

Vous aussi si vous ne voulez pas en rester là, rejoignez-nous !