La #CGT obtient la suppression de la rue Georges Claude à #Vedène (Vaucluse) @GrandAvignon

51

Alerté par l’Institut d’Histoire Sociale de l’Union régionale CGT Ile de France avec le soutien du Syndicat CGT Air Liquide de la région parisienne,  Monsieur Joël Guin, Maire de la ville de Vedène (Vaucluse) s’est engagé à agir avant mars 2020 afin que la rue Georges Claude soit débaptisée.

Nous saluons cette décision responsable prise en mémoire de l’histoire de France et des victimes de la seconde guerre mondiale.

Au moment où l’extrême droite, assurance vie du capitalisme, tente son énième percée en vue des élections municipales de 2020, il semble urgent de rétablir la vérité sur le personnage qu’était Georges Claude, l’un des premiers patrons de l’Air Liquide.

Un certain nombre de rues de communes françaises (14 à notre connaissance) portent son nom. Or, Georges Claude fut un collaborateur de l’occupant nazi entre 1941 et 1944. Il fut condamné en 1945 à la prison à vie par la Haute Cour de Justice. Donner le nom d’un criminel de guerre de cette envergure à une rue de sa ville est une démarche municipale particulière, qui interroge sur ses raisons.

On peut observer que le nom de Georges Claude est porté en particulier par des artères situées dans des zones industrielles (la zone d’activités de Chalençon pour Vedène), souvent sur proposition des aménageurs de ces zones où sont situées des unités de production d’Air Liquide.

Lancée dans un véritable travail d’investigation historique, l’Institut d’Histoire Sociale CGT d’Ile-de-France a déjà fait paraitre un article dans la revue d’histoire sociale, “Mémoires Vives”, sur la défense de la mémoire vichyste et nazie de Georges Claude par les directions successives d’Air Liquide.

Vous aussi si vous ne voulez pas en rester là, rejoignez-nous !