#Amiante : Déclaration des élus CGT #AirLiquide France Industrie

Déclaration des Élus CGT Air Liquide France Industrie
CHS-CT du 11 Avril 2018 – Sites du Blanc Mesnil
(Photo : crashdebug.fr)

 

Pour faire suite à la réunion du CHS-CT des sites Air Liquide du Blanc-Mesnil le 11 avril 2018, la CGT a attiré l’attention du président concernant les salariés qui au cours de leur carrière professionnelle ont été exposés aux poussières d’amiante.

En 1983 un premier recensement faisait état de salariés exposés pour les sites de Vitry sur Seine dans les statistiques de la direction. Par la suite le document “Point Amiante juillet 2006 fait état de salariés de GIS exposés ” 1 salarié d’entretien” pour Vitry !!! recensement volontairement sous-estimé que les élus CGT de l’époque ont contesté vivement auprès de la Direction Générale en CCE et de l’instance du CHS-CT.

L’estimation,volontairement sous-estimée, ne prenait pas en compte les salariés détachés du 5 rue Eugène Hénaff sur l’antenne Air Liquide du site de la faculté de JUSSIEU. Les locaux de la faculté ont fait l’objet d’un plan de retrait amiante des salles ou intervenait régulièrement le personnel Air Liquide, ne comptabilisait pas le personnel sédentaire accueilli chaque jour à la restauration du site AL de DFV quai Jules Guesde.

Le lieu de restauration était localisé à côté de l’atelier de fabrication et d’entretien des usines mobiles calorifugées à partir de composition 240 et d’amiante. Les ateliers H40 et 41 à proximité ont fait l’objet d’un plan de désamiantage total.

Il faut prendre en compte que seulement en 1996 l’usage de l’amiante en milieu professionnel était interdit par décret. Progressivement l’amiante comme protection contre le froid cryogénique et les fortes chaleurs ont été remplacés. (Tablier, gants, guette, plaque d’amiante, etc..).

 

Il avait été mis en œuvre par la Cabinet Médical du site Air Liquide DFV, un suivi renforcé pour le personnel GIS du site 5 Eugène HENAFF, suivi maintenu pour les personnels mutés à Grigny et Nanterre.

 

Aujourd’hui le constat fait que ce personnel N’EST PLUS SUIVI, POURQUOI ?

Les élus CGT exigent que ce personnel bénéficient d’un suivi renforcé. Des salariés de l’ancien site GIS de Vitry sur Seine sont décédés entre temps de cancer du poumon et de la plèvre.

Nous constatons aujourd’hui que les services médicaux externes n’ont plus les moyens de mener correctement le suivi de la santé des salariés. La lecture du bilan annuel 2017 des sites du Blanc-Mesnil est éloquent, de moins en moins de visite de poste.

Des salariés remis au travail sans l’avis de la Médecine du Travail. Aucune consultation et avis avant et après des aménagements d’atelier et de bureau. La nouvelle loi sur la pénibilité, taillée sur mesure pour le MEDEF avec le changement du mode de calcul des critères de séquence de travail fait que plus aucun salarié est reconnu par un compte pénibilité !!!

Alors que dans le même temps les maladies professionnelles augmentent fortement “traumatisme squeletto-musculaire”, salarié handicapé par le travail, diminué physiquement, estropié en retraite.

Les élus CGT condamnent le mépris dégagé par la Direction Générale envers le personnel qui a fait et fait encore aujourd’hui la richesse du Groupe. La direction générale a été condamnée lourdement à plusieurs reprises pour négligence et discrimination.

Les élus CGT condamnent le mépris dégagé par la Direction Générale envers le personnel qui a fait et fait encore aujourd’hui la richesse du Groupe et rappellent que la Direction générale d’Air Liquide a été condamnée lourdement à plusieurs reprises pour négligence et discrimination.

(A lire : Article de l’Humanité du 26 Février 2016 )

DéclarationElusCGT.BM.Amiante(2)